Fermeture de classes à l’école primaire de La Neuveville

Voici la reproduction de la lettre envoyée ce lundi 22 mars 2010 à l’OECO, M. Dominique Chételat, Chemin des Lovières 13, 2720 Tramelan:

Monsieur,

Le parti radical de La Neuveville souhaite vous faire part de sa profonde préoccupation au sujet de votre projet de fermeture d’une voire de deux classes de l’école primaire à la Neuveville dès la rentrée d’août 2010.

En Suisse et dans notre région en particulier – très orientée sur les activités industrielles et de services de haute technologie – une formation de pointe à tous les niveaux est indispensable. Ce n’est qu’en développant continuellement son système de formation que notre canton et notre région pourront demeurer compétitifs à l’échelle nationale et internationale. Sans vouloir remettre en question les nécessaires mesures d’économie des fonds publics, le parti radical souhaite ne toucher qu’en dernier recours au domaine de la formation.

L’annonce de la fermeture d’une ou de deux classes à l’école primaire de La Neuveville a provoqué une véritable levée de boucliers. Près de 250 citoyens ont signifié leur désaccord en signant une pétition dans un délai de quatre jours. Dans une école de petite taille la suppression de classes est nettement plus difficile à réaliser  que dans les établissements de grande taille. Une des solutions envisagées par la Direction de l’école, à savoir la réintroduction des classe multi-niveaux entraîne une très forte inquiétude chez de nombreux parents ainsi que chez des enseignants. Sans vouloir prétendre que le système multi-niveaux n’est jamais applicable, force est de constater que son introduction à courte échéance et sans véritable préparation est un échec annoncé et risque de mettre plusieurs enfants en situation d’échec scolaire. Une telle restructuration tombe d’autant plus mal que les autorités et la Direction de l’école mettent tous leurs efforts dans la mise sur pied pour août 2010 de la structure d’école à journée continue.

Dès lors et au vu de la situation très problématique que créée l’annonce de la fermeture de classes, le parti radical de La Neuveville  s’oppose à cette fermeture dans l’urgence et vous prie instamment  de reporter votre décision d’une année. Ce délai permettra d’une part de vérifier plus précisément les tendances démographiques et migratoires à La Neuveville (beaucoup de nouveaux appartements n’ont pas encore trouvé preneur) et, d’autre part, de laisser le temps nécessaire à la Direction de l’école, à la Commission scolaire, au Conseil des parents ainsi qu’au Conseil municipal de trouver une solution satisfaisante si la suppression s’avérait toujours nécessaire.

Le parti radical vous remercie par avance de l’attention que vous porterez à la présente et reste à votre disposition pour discuter les différents éléments de ce dossier.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur, nos salutations distinguées.

Au nom de la Fraction du parti radical de La Neuveville

P. Aegerter                                    J-P. Devaux

Copie pour information :
– Conseil Municipal de la Neuveville
– Direction de l’Ecole primaire

Une histoire de parking

Tous les Neuvevillois et Neuvevilloises le savent et l’admettent : notre commune manque cruellement de places de parc. Le plan directeur de la vieille ville le confirme. Divers emplacements ont déjà fait l’objet de tentatives, malheureusement infructueuses à ce jour. Un ambitieux projet d’un parking souterrain près de (l’ancienne) préfecture en est aux prémisses, une éventuelle réalisation n’est pas possible avant plusieurs années.

Dans l’intervalle, une solution satisfaisante a été soumise au Conseil général: créer une vingtaine de places (22 pour être précis) en face du collège, au sud des Prés Guëtins, sur les restes de ce qui fut un jour une place de jeux. Le problème est que ce terrain est situé en zone d’utilité publique et que la zone d’utilité publique ne permet pas de faire payer des places. Pragmatique, la majorité des élus radicaux a soutenu ce projet qui prévoyait que les profs du Collège et de l’Ecole primaire puissent parquer la journée et les habitants (notamment des Faubourgs) le soir et le week-end. Las, sous prétexte que la place de jeu disparaissait en partie (alors qu’il y en a déjà deux dans le secteur…) et que les profs ou même les habitants du quartier n’ont pas à parquer gratuitement (!), les élus socialistes et de forum ont renvoyé le dossier au conseil municipal sans formuler ne serait-ce que le début d’une suggestion concrète ! Dommage que ce dossier prenne du retard, mais bon, les radicaux ne se découragent pas et vont remettre l’ouvrage sur le métier.

Election au Conseil fédéral

Le PLR de La Neuveville félicite Monsieur Burkhalter pour son élection au Conseil fédéral. Avec cette élection, la pensée libérale reste justement représentée au sein du Conseil fédéral. L’Assemblée fédérale a respecté le principe de concordance, ainsi que la représentation des minorités linguistiques et s’est engagée pour la stabilité, qui contribue au succès de notre pays.

Didier Burkhalter représente l’Arc jurassien, notre région durement touchée par la crise économique. Il est également un défenseur des PME. Avec sa longue expérience politique et sa maîtrise des dossiers, il amène un dynamisme permettant de lancer les mesures adéquates à la relance de notre économie.

Pas de fusion pour le district

La Neuveville renonce au projet de fusion des communes. Une décision qui va obliger les autres communes du District à revoir leurs positions. Réactions.

«Deux membres de chaque parti politique et moi-même nous nous sommes réunis et avons décidé de renoncer à la fusion. Par contre, nous souhaitons collaborer au maximum avec le Plateau. Ce serait bien qu’ils fusionnent à quatre, annonce Roland Matti, maire de La Neuveville, avant d’ajouter: au fil des collaborations et des années, la fusion semblera un jour évidente avec le Plateau.»
La décision communale s’explique en premier lieu à cause de la quotité d’impôt plus basse à La Neuveville (1,64) que dans les communes de Lamboing, Prêles et Diesse. En deuxième lieu, le maire invoque le fonctionnement politique qui diffère entre le Haut et le Bas. «A La Neuveville, nous sommes plus politisés. Nous fonctionnons avec un Conseil général alors que les autres communes ont un Conseil communal.»

Article complet sous :

http://www.journaldujura.ch/Nouvelles_en_ligne/R_eegion/59434